Je ne peux pas te sentir

13 febrero 2009 a las 14:21 | Publicado en Francés, General | Deja un comentario

[Nous nous formons pendant des jours, des semaines, des mois dans le ventre de nos mères, elles nous protègent du mal et des injustices du monde. Mais maintenant, nous vivons dans un époque où ni les mères peuvent nous sauver…]

Il était une fois un jeune garçon qui n’avait pas de famille, seulement une vieille tante qui l’ a accueilli quand ses parents ont disparu. Avec cette dame habitait une jeune fille: elle était brune, la peau blanche et les yeux verts, elle avait toujours un air sérieux mais elle était très travailleuse, elle passait ses journées à aider la vieille dame. Elle s’appelait Sachi. Notre jeune homme s’appelait Teiji et il était un homme courant, il n’était ni beau ni laid; c’était un homme qui passait inaperçu; il était très agréable, il parlait beaucoup et il disait toujours ce qu’il pensait mais il avait un secret: l’énorme amour qu’il ressentait pour Sachi. Depuis qu’il est allé vivre avec sa tante il a posé ses yeux sur elle, quand il la regardait il sentait comme si des papillons volaient dans son ventre, quand il jouait du piano, il le faisait pour elle; il écrivait des chansons pour lui inspirer de l’amour. Un jour, la tante a remarqué la conduite de son neveu, elle a vu la façon dont il écrivait les chansons, dont il jouait du piano, dont il la regardait. Des semaines après, la tante a appellé le jeune garcon elle l’a averti de ne pas continuer à faire tout ce qu’il faisait, quand le jeune lui a demandé la raison, sa tante lui a dit que rien n’était ce qu’il semblait. Teiji a pensé à ce sujet pendant des jours, des semaines, mais il ne comprennait pas pourquoi sa tante lui avait dit cela. Après ces longues semaines de réflexion, Sachi s’est approchée de lui, et elle lui a demandé s’il pouvait jouer du piano pendant qu’elle faisait son travail; Teiji heureux et surpris à la fois à commencer à jouer. Quand le jeune a finit, elle lui a dit que sa composition était bien structurée et très mélodique; et elle est partie pour finir ses affaires. Teiji croyait être l’homme le plus heureux du monde, pour lui c’était la première fois qu’il écoutait parler à Sachi; après cette demande, Teiji jouait du piano tous les jours pour elle, il lui faisait des nouvelles chançons chaque jour et il l’accompagnait quand elle fasait les courses, quand elle devait sortir… Teiji était chaque jour plus content et amoureux, il ne voyait aucun défaut chez Sachi, pour lui elle était unique, parfaite. Des mois se sont écoulés, il a commencé à lui dire qu’elle l’aimait, chaque fois que Teiji lui disait cela, Sachi le regardait mais elle ne disait rien, elle restait muette, avec son visage parfait, blanc comme la neige et ses yeux verts qui le regardaient mais qui ne le voyaient pas. Teiji se posait toujours la même question, il voulait savoir… Il voulait savoir pourquoi elle ne répondait pas. Il voulait savoir pourquoi elle n’ouvrait pas son coeur et elle lui disait qu’elle l’aimait. Un jour avec tout son courage il s’est approché d’elle et il lui a posé la question la plus difficile de toute sa vie; soit il pouvait tomber amoureux d’elle pour toujours ou au contraire son coeur se briserait à jamais. Teiji lui a demandé: “Tu m’aimes?”. Sachi, à son tour,l’a regardé et elle lui a dit: “Je ne peux pas te répondre, je ne peux pas te sentir, comment est-ce que tu veux que je t’aime?”. Teiji ne comprenait pas la réponse et il lui a demandé à nouveau: “Tu m’aimes?”. Sachi l’a regardé encore et il a dit une autre fois: “Je ne peux pas te sentir”. Teiji continuait à ne rien comprendre, sa tante s’est approché de Sachi et elle lui a dit: “Elle n’est pas comme nous, elle ne pourra jamais ni te sentir ni t’aimer. Tu devrais savoir que dans les années qui courent peu de jeunes filles vivraient avec une vieille dame comme moi, tu aurais dû t’en apercevoir que Sachi n’est pas comme tu crois, elle ne peut pas vieillir, elle ne peut pas sentir, elle existe pour faire ce que je veux parce qu’elle est un robot, et elle ne pourra jamais t’aimer”.

[…Il y a longtemps que les humains nous ne sommes pas les seuls à être dans le monde, les robots nous aident, en apparence ils sont comme nous; mais leurs yeux est l’unique partie de leurs corps qui n’est pas comme les yeux humains, ils peuvent te regarder mais ils ne pourront jamais exprimer des sentiments comme l’amour.]

Cristina Morales Gómez

2º Bachillerato

Dejar un comentario »

RSS feed for comments on this post.

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

Crea un blog o un sitio web gratuitos con WordPress.com.
Entries y comentarios feeds.

A %d blogueros les gusta esto: